Notre Motivation du jour ! : La princesse Girafe
Natacha, 4 ans souffre d’un cancer inopérable: mobilisation pour la petite "princesse Girafe" Isabelle et Michel Soiron se souviendront toute leur vie du 10 février. Le jour où les médecins de l’hôpital ont diagnostiqué une tumeur au tronc cérébral dans le cerveau de leur petite Natacha, âgée à peine de 4 ans. Une nouvelle qui les a abattus. "Natacha tombait souvent ou perdait l’équilibre. Au début, on croyait qu’il s’agissait simplement d’un problème dans ses oreilles. Puis un jour, je l’ai déposée à l’école alors qu’elle ne se sentait pas trop bien. Quelques heures plus tard, je reçois un appel de l’école qui me dit de venir la chercher. On l’a donc amenée à l’hôpital. Et là, c’était le choc pour sa mère et moi. Les médecins nous ont dit qu’elle était atteinte d’un cancer du cerveau", explique Michel "Ou vous laissez tout tomber ou vous vous battez" Si aujourd’hui, Natacha souffre d’un cancer, sa maman, elle, est en rémission… d'un cancer également. "Aujourd’hui, Isabelle est fortement paralysée suite à une cystectomie, il s’agit d’une ablation totale de la vessie. Elle est faible mais continue de s’occuper de notre petite fille. Natacha avait beaucoup aidé sa maman quand elle souffrait. Aujourd’hui, c’est à son tour, d’être présente pour elle. On n’a pas le choix dans ce genre de situation: ou vous laissez tout tomber ou vous vous battez", déclare Michel. Michel a arrêté de travailler depuis 2 semaines et tente tant bien que mal de joindre les deux bouts. "Je cumule plusieurs petits boulots. La mutuelle ne couvre pas tous les frais et le traitement coûte cher. Nous n’habitons pas près de l’hôpital. Du coup, je prends tantôt une chambre d’hôtel, tantôt une chambre de l’hôpital que je dois payer. A la KUL, il y a la "maison des papas", des chambres mises à disposition des parents dont les enfants sont traités durant une longue période au sein de l’hôpital. Ma femme, elle, reste 24/24h auprès de notre fille", confie Michel. Malgré la maladie, Michel reste positif et refuse de s’apitoyer sur son sort. "Mon devoir est de rebooster les deux femmes de ma vie. Ce n’est pas facile au quotidien mais j’y crois. On gagnera la bataille", indique Michel, lui-même ayant perdu sa mère des suites d’un cancer.. Isabelle et Michel Soiron, MOBILIT asbl est la a vos cotés ! nous allons vous aidez dans la mesure de nos possibilités ! Le president ainsi que le comité de l'ASBL
Home Nos Buts Services A propos ContactMOBILIT
ASBL
MOBILIT asbl Copyright 2014
About - Conditions - Contacts
Agrément Ministère Wallon N° 158